Facebook
Les grandes étapes de l'histoireLe muséeLe livre

Les grandes étapes de l’histoire

Le Val-d’Oise a été l’un des premiers départements à adopter une structure départementalisée en matière d'incendie et de secours, mettant ainsi fin à l'ancienne organisation communale, morcelée et hétérogène.

Le Corps départemental de sapeurs-pompiers du Val-d'Oise a été créé le 1er janvier 1972. L’objectif majeur de cette nouvelle organisation est alors d’assurer à tous les habitants et en tout point des 185 communes du département, un niveau de sécurité comparable, adapté aux risques à défendre et selon des coûts équitablement répartis.

Évolution du Service départemental d'incendie et de secours

8 novembre 1967

Le Service départemental d'incendie et de secours est créé à la veille de l'entrée en vigueur du département du Val-d'Oise qui intervient le 1er janvier 1968 et qui correspond à une partie du territoire de l'ancienne Seine-et-Oise. Le Sdis assure le suivi du fonctionnement des corps de sapeurs-pompiers, tous communaux à cette époque, leur subventionnement ou leur mise à disposition de matériel. Mais le caractère communal des corps de sapeurs-pompiers implique de multiples divergences de fonctionnement : équipement, formation et rémunération du personnel diffèrent selon les communes. La coordination opérationnelle est insuffisante.

Progressivement, le projet d'un corps départemental unique est élaboré afin de remédier aux disparités et aux carences, de garantir l'unité de commandement et de rationaliser la gestion. Réalisée au plan départemental, elle permet des économies d'échelle et garantit l'affectation des moyens opérationnels en fonction des besoins. Argumenté par le colonel Grenier (commandant à l'époque), alors inspecteur départemental des services d'incendie et de secours, ce projet de corps départemental est accepté en 1971 par le préfet Maurice Paraf et le président du Conseil général Adolphe Chauvin.

1er janvier 1972

Le Corps départemental de sapeurs-pompiers du Val-d'Oise entre en vigueur. Les corps communaux sont administrativement dissous pour y être intégrés, à l'exception de quelques-uns, mal équipés et manquant de personnel, qui cesseront progressivement leur activité.

Le concept de Corps départemental est d'autant plus novateur qu'aucun texte ne le prévoit à l'époque. Il faudra attendre un décret de 1988 (décret du 6 mai 1988) pour autoriser une telle organisation. Ce décret aura pour effet de transposer au plan national une grande partie de l'organisation des sapeurs-pompiers val-d'oisiens. Cette "départementalisation", après avoir été autorisée en 1988, sera rendue obligatoire par la loi dans tous les départements en 1996 (loi du 3 mai 1996)

1er janvier 1993

Après une première réforme menée en 1983, une profonde remise en question de l'organisation et du fonctionnement du Sdis est engagée en 1992. Appliquée à partir de 1993, elle conduit notamment à la suppression d'un groupement territorial, portant la sectorisation à 3, à la création d'un centre de formation départemental, à la nomination d'un directeur adjoint et à la mise en place des 5 filières actuelles, les services “opérations”, “ressources humaines”, “technique/équipement/infrastructures”, “prévention”, “santé et secours médical”.

1er décembre 2004

Le colonel Jean-Yves Delannoy prend ses fonctions de directeur départemental en succédant au colonel Pierre Grenier qui les assurait depuis 1966.

Quelques chiffres significatifs depuis quarante ans :

1972 :
2011 :

Quelques interventions marquantes

Bezons, 18 février 1970 :
Incendie à l'usine "La cellophane". 37 lances mises en œuvre,
150 sapeurs-pompiers engagés.

Argenteuil, 21 décembre 1971 :
Explosion à la "Tour B". 13 morts dont 2 sapeurs-pompiers,
113 blessés.

Goussainville, 3 juin 1973 :
Chute du " Tupolev 144 " lors du salon du Bourget.
13 morts, 33 blessés, 14 pavillons détruits.

Ermenonville, 3 mars 1974 :
Intervention en renfort des sapeurs-pompiers de l'Oise après la chute d'un DC10. 374 morts.

Survilliers, 16 janvier 1985 :
Feu à la "Nouvelle cartoucherie de Survilliers". 25 lances mises en œuvre, 19 sapeurs-pompiers intoxiqués.

Gonesse, 20 août 1990 :
Feu dans un entrepôt de 30 000 m2. 36 lances mises en œuvre.

Ensemble du département, 26 décembre 1999 :
13 835 interventions réalisées suite à la tempête.

Gonesse, 25 juillet 2000 :
Chute du Concorde. 113 morts.

Herblay, 20 juillet 2003 :
Feu dans un magasin de meubles d’une superficie de 10 000 m2.
19 lances mises en œuvre.

Argenteuil, 18 juillet 2005 :
Feu dans un ensemble d’immeubles d’habitations. 23 lances mises œuvre.

Saint-Ouen-l’Aumône, 29 juillet 2006 :
Feu d’un immeuble d’habitations. 12 lances mises en œuvre.
Retour haut de page